6 Solutions efficaces pour ne pas tomber malade !

Je vous livre mes secrets pour éviter de voir un nez bouché se transformer en une semaine d’apnée au fond du lit.

 

Solution numéro 1 – la socialisation… parcimoniée de l’hypocondriaque certifiée

A partir d’octobre, plus de main tendue ou de bisous pour dire salut… on adopte la « Monk » attitude.

Petit test : notez cette semaine combien de personne vous auront fait la bise juste avant de répondre à votre « ça va? » :

  • images-1 » Je sais pas ce que j’ai, je crois que je suis malade »

ou

  • « Je me sens pas bien, j’ai mal au bide »

Sans commentaire…

Mais bon, pas toujours possible d’éviter le grappage de paluches ou de frottage de minois (comme dirait Notre Simone).

Donc, il nous reste une solution : la revanche !

Pas la revanche contre le poulardin qui vient de vous étaler ses miasmes sur le visage mais contre les petites bactéries déjà installées ou prêtes à rentrer.

Ce qui m’amène à….

 

Solution 2 – L’extrait de Pépin de pamplemousse

Merci Mélody C. grande amie qui, cette année, m’a sauvé la vie la rentrée et probablement, « la saison l’automne-hiver ».


J’étais engoncée dans mes sinus obstrués et je sentais déjà l’histoire s’aggraver : asthme, toux, maux de tête, les yeux pleurants…  J’ai donc essayé, sur les conseils de Mélo C., l’extrait de pépin de pamplemousse (EPP).

images-2Vous en avez probablement déjà entendu parler. L’Extrait de Pépin de Pamplemousse (EPP) est un anti-inflammatoire, un anti-viral, anti-infectieux et un antifongique naturel (voir notre article sur les mycoses vaginales)

L’EPP est très réputé pour son efficacité dans les domaines suivants:

  • Les infections du système digestif, intoxications alimentaires, diarrhées, maladies parasitaires…
  • Les ulcères de l’estomac et du duodénum (il tue Helicobacter pylori),
  • Le Candida albicans, les candidoses et autres mycoses.
  • Le rhume, les infections de la sphère ORL en général, la grippe, les affections bronchiques
  • Les infections urinaires et cystites.
  • La fatigue chronique et l’affaiblissement immunitaire.
  • Les allergies (car il est aussi hypoallergène).
  • En usage externe, l’EPP est aussi un recours dans bien des situations :
  • La bouche : aphtes, herpès des lèvres, muguet, gingivite…
  • La peau : acné, dermatites, psoriasis mais aussi petites coupures ou brûlures, piqûre d’insectes, verrues, mycoses…
  • Les cheveux : pellicules, démangeaisons du cuir chevelu, poux?
  • Les pieds : eczéma des orteils, verrues plantaires, infections à champignons.
  • Les ongles : onychomycose, panaris.
  • Les organes génitaux : vaginite, infections vaginales, parasites…

Pour plus d’informations vous vous pouvez consulter l’article dédié au EPP du site Alternative Santé

images-3

L’utilisation et la posologie varient selon le problème, la forme du produit (gouttes ou comprimés) et la marque.

Pour ma part, en début de rhume, j’ai pris 20 gouttes 3 fois par jour et la situation s’est améliorée rapidement.

Vous trouverez des indications de posologie pour tous les cas de figure en cliquant ici.

ATTENTION : Il existe des interactions médicamenteuses à éviter. Vous trouverez plus de détails dans l’article qui suit.

Les dangers du pamplemousse

Et si vous n’êtes pas convaincus, il existe aussi :

 

Solution 3 – Oscillococcinum

Qui n’a jamais entendu « aussitôt Oscilo ! » ?

Ben oui, c’est ça la clé. Oscillococcinum, il faut le prendre tout de suite, dès les premiers symptômes, voire même en préventif sinon ça sert plus à rien.

Donc dès que le froid se fait sentir, dès que quelqu’un vous lèche la poire avec la goutte au nez : aussitôt Oscilo !

images-5Posologie usuelle selon le Vidal :

En traitement préventif: 1 dose par semaine pendant la période d’exposition grippale.

État grippal à son début : 1 dose le plus tôt possible dès le début des symptômes, à répéter éventuellement 2 ou 3 fois, à 6 heures d’intervalle.

État grippal déclaré : 1 dose matin et soir, pendant 1 à 3 jours

Mode d’administration : On fait fondre les petites boulettes sucrées sous la langue.

 Attention, il s’agit d’homéopathie donc en théorie, on ne touche pas les petites boulettes avec les doigts et c’est à prendre en dehors des repas, éviter café, thé, dentifrice et autre fort en goût au moment de la prise. Eviter la menthe pendant la durée du traitement.

Et si c’est trop tard….

images-4

Solution 4 – L52

Il s’agit d’un traitement Homéopathique  pour les états grippaux (courbatures, toux sèche) et fatigue post-grippale.

Ce sont de petites gouttes à diluer.

Posologie usuelle selon le Vidal :

Prévention :

  • imgresAdulte : 20 gouttes, 2 fois par jour.
  • Enfant de plus de 2 ans : 5 à 10 gouttes, 2 fois par jour, selon l’âge.

État grippal :

  • Adulte : 20 gouttes, 5 à 8 fois par jour.
  • Enfant de plus de 2 ans : 5 à 10 gouttes, 5 à 8 fois par jour, selon l’âge.

État post-grippal :

  • Adulte : 20 gouttes, 3 fois par jour.
  • Enfant de plus de 2 ans : 5 à 10 gouttes, 3 fois par jour, selon l’âge.

 Attention, c’est de l’homéopathie donc en théorie, à prendre en dehors des repas, éviter café, thé, dentifrice et autre fort en goût au moment de la prise. Eviter la menthe pendant la durée du traitement.

 

Et pour les remèdes de grand mère :

 

Solution 5 – La décoction de peau de oignons 

Riche en vitamines, l’oignon aide à lutter contre la fatigue. Ca peut paraitre bizarre, mais c’est assez efficace.

 Ingrédients

images-61 oignon

1 litre d’eau

Préparation

Eplucher l’oignon puis le tailler en fines tranches. Verser un litre d’eau dans une casserole et ajouter les tranches. Laisser bouillir pendant 20 minutes. Filtrer le jus.

Posologie

Boire la préparation tout au long de la journée pendant 2 jours.

 

Et plus spécifiquement pour les gros rhumes :

 

Solution 6 – Le Gripal  killer Cocktail 

Recette : Eau Chaude, jus de citron, miel, thym, Gingembre, Ail pressé.

#TuPueDeLaGueule. C’est inévitable mais ça marche.

C’est LA recette de grand-mère qui tue les microbes (et une peu la vie sociale aussi).

On doit absolument mélanger le jus de citron avec de l’eau de chaude car le jus de citron froid est très acide pour l’estomac. En revanche, le jus de citron chaud ne l’est pas.

ob_a37943_img-5818Pourquoi tout ça ?

Le jus de citron est plein de vitamines.

Le thym est un anti-sceptique naturel.

Le gingembre est un anti-inflammatoire, anti-oxydant et facilite la digestion.

L’ail aussi est un antibiotic naturel.

Quant au miel, s’il est bio, non cuit etc…à des vertus antibactériennes et stimule le système immunitaire.

Et s’il est industriel, il aura le mérite d’adoucir le goût du cocktail.

 

Allez, on se bouche le nez et on y va ! Et vous verrez que c’est pas si terrible.

En revanche je vous conseil la Solution numéro 6bis en accompagnement de celle-ci.

 

Solution 6 bis : petits conseils pour accompagner la solution 6

images-8Airwawes

Fisherman’s friends

Colgate

les sucettes

images-10Chewing gum en tout genre

Le célibat.. ou pas.

Adopter la solution 1 !

 

Quant à l’alimentation…

Il est évident qu’une alimentation saine et riche en vitamines est conseillée de façon générale et a fortiori lorsqu’on est malade.

Mais quand on commence à avoir le nez qui coule, il est conseillé d’arrêter les laitages et les farines.

 

 

 

Publicités

Atelier de cuisine asiatique crue à Paris

10376931_543148605819780_5460589412815375045_nBonjour à tous et à toutes !

Cet article concerne tout particulièrement les parisiens.

En effet, LE bon plan pour ceux qui aiment manger, cuisiner, et au-delà de cela prendre soin d’eux :

Un Atelier de cuisine asiatique crue

par Marion Thelliez Naturopathe

Pour ceux qui ne la connaitrez pas encore, voici

son site : marionthelliez.fr et sa page facebook

Elle as toujours de bonnes idées côté palais et en tant que naturopathe elle en sait un rayon côté santé.

Donc sortez vos agenda et rendez-vous

le 30 Novembre de 16h à 20h chez Colette Cantine

42 avenue Parmentier 75011 Paris

Voici le programme ( et en prime je vous glisse les Deux autres ateliers qui suivent !)

10392488_543148619153112_28126506432635643_n

 

CUISINE ASIATIQUE VIVANTE
dimanche 30 novembre // 16h-20h // 70€
Rouleaux de printemps aux jeunes pousses
+ leur délicieuse sauce crue
Soupe miso dans les règles de l’art
Salade vietnamienne toute fraîche
Makis crus sans riz
Kimchi (chou fermenté pimenté)
«Tapioca» de chia au lait de coco

******************************

HAPPY BREAKFASTS
jeudi 15 janvier // 19h-22h // 60€
Après ce cours, les barres énergétiques, les jus et smoothies verts,
les crèmes, le granola, et autres tartinades pour le petit déjeuner
n’auront plus de secrets pour vous !
Il y aura beaucoup de cru, un peu de cuit:
de quoi faire le plein d’énergie tout en se régalant.

*****************************

DELICIEUSES DOUCEURS

mardi 10 février // 19h-22h // 60€
Doux pour le corps, réconfortants et totalement innocents…
voici les desserts d’hiver !
Surtout crus, toujours sains et sans gluten,
laissez-les vous séduire !

******************************

Les ateliers ont lieu chez Colette Cantine, 42 avenue Parmentier, 11ème
Métro Parmentier ou Saint-Ambroise

Pour vous inscrire, 2 étapes:
1/ pré-inscription en répondant à par email ou en l’appelant au 0624478042
2/ réservation effective en envoyant
un chèque d’arrhes de la moitié du tarif du cours
(si le cours est à 60€, le chèque d’arrhes est de 30€)
à l’adresse de son cabinet de naturopathie:
Marion Thelliez, 17 rue alfred roll, 75017 Paris
Les arrhes ne seront encaissées qu’après le cours.
Elles ne seront pas restituées pour tout désistement à moins de 7 jours du cours, sauf cas de force majeure à justifier.

******************************

Et à chaque atelier:
THEORIE//les principes de l’alimentation vivante
TECHNIQUES//propres à l’alimentation végétale vivante
PRATIQUE//réalisation de plusieurs recettes
DEGUSTATION//en cours d’atelier

 

Bande de veinards !
Profitez-en c’est beau, c’est bon et c’est BôN !

Le bain dérivatif

Dans la série, j’ai testé pour vous…

Article co-réalisé par Sophie Padostaud et Murielle de la Joyeuse du Comptoir

bd[1]

Aujourd’hui je vous offre un bon moyen d’avoir la foufe joyeuse et vigoureuse !

Aujourd’hui mesdames, on parle légèreté, SANTÉ et bizarrement, intestins !

Je vous invite à jeter un oeilleton sur le feuilleton qui suit, ça pourrait bien révolutionner votre vie de femme (ou d’homme).

Le bain dérivatif est une sorte de « bain de siège », de toilette intime ou d’application locale  qui, à travers le froid, va activer nos intestins et permettre le nettoyage de la tuyauterie garantissant la circulation et l’élimination des MAUVAISES GRAISSES les plus nocives (et inesthétiques !)

Attention,  ça ne donne pas froid ! Je ga-ran-tie ! Il n’y a pas plus frileuse que moi. ça fait partie du jeu, on doit avoir bien chaud.

Quelques effets dans le désordre : Se refaire la silhouette en quelques jours, récupérer de l’énergie en 10 minutes et régulation de la température et la circulation !

Surtout ne me croyez pas ! Essayer et verrez. Il n’y arien à perdre. (A part quelques bourrelets.)

Je ne peux même pas vous dire satisfaits ou remboursés, à une petite bassine d’eau près, c’est GRATUIT !

Cette technique qui nous est généreusement proposée par France Guillain serait connue depuis belle lurette (des milliers d’années de lurette !) en Chine. On la retrouve également dans certaines traditions des peuples du pacifique comme la Nouvelle Guinée et il semblerait que les animaux la pratiquent spontanément.

Que faut-il faire ?

Il existe deux versions:

VERSION 1:

bain_de_siege_pour_soulager_hemorroides

NON ! Pas d’immersion total !

1 – Remplir une bassine d’eau froide (On évite de le faire à l’eau courante, c’est ni très écolo, ni très économe). Contrairement à l’image on ne se plonge pas le fondement dans l’eau non plus ! Le principe est de localiser le rafraîchissement. De plus, avant-arrière, chacun son écosystème, on voudrait pas que les bactéries de l’un aillent jouer dans l’équipe adverse.

2- Se déshabiller partiellement. Il faut avoir l’arc de triomphe à l’air libre (pareil pour vous messieurs) mais le reste à couvert. S’assurer d’avoir bien chaud !!! Très important ! N’hésitez à y aller sur la grosse chaussette, et la bouillotte si nécessaire.

3 – Se passer de l’eau froide sur toute la minette ou le service 3 pièces, en passant la main de l’arrière vers l’avant SANS JAMAIS aller jusqu’à l’arrière cour (l’anus pour ceux qui ont du mal avec les métaphores) !!! (Attention aux risques de contamination de la flore de la salle obscure vers la salle de jeux) Lire la suite

Recette de Gâteau au chocolat sans gluten !

imgresLes filles, toutes aux abris !
Voici LA recette de gâteau au chocolat sans gluten de ma soeur.
L’essayer, c’est me detester ! (mais c’est pas moi, c’est ma soeur)
Recommandé pour les allergiques, les intolérant(e)s, les gluten free, les gluten sans et surtout les gourmand(e)s.
Rapide, pas cher, facile et dé-li-cieux !!!
Ingrédients
200 grs de chocolat noir pâtissier
110 grs beurre salé
120 grs de sucre roux (voire intégral)
3 oeufs
130 grs de poudre d’amande
et c’est tout !!!
Battre les oeufs entiers avec le sucre, jusqu’à ce que le mélange devienne mousseux.
Pendant ce temps là faire fondre a feux très doux le chocolat dans le beurre.
Mélanger le mélange mousseux oeufs sucre au mélange tiédi chocolat beurre. Bien battre à nouveau
Rajouter les 130 grs de poudre d’amande.
Mélanger délicatement.
Verser dans un moule à cake et enfourner dans un four chaud à 180 degré pendant 20 à 25 minutes.
Bon appétit !
Agathe Lebomplant

La théorie des cuillères

Le lupus. c’est pas toujours facile à expliquer et pour l’entourage, c’est souvent dur à comprendre parce que dans plupart des cas, « ça se voit pas » et qu’on « n’a pas l’air malade »

C’et article est fait pour vous aider à raconter ou à comprendre.

Voici la théorie des cuillère, inventée par une jeune américaine qui a su trouver les mots et les images :

 

10177379_637883049613595_5754398591404785550_n
La Théorie des cuillères
de Christine Miserandino
http://www.butyoudontlooksick.com
adaptée en français par Louyse Trudel

Ma meilleure amie et moi étions sorties pour le souper et nous bavardions. Il était
très tard et à notre habitude, nous mangions des frites dans de la sauce. Telles des
filles de notre âge, nous passions beaucoup de temps dans ce resto, pendant nos
années de collège, à parler des garçons, de la musique et d’autres choses
ordinaires qui nous semblaient tellement importantes en ce temps-là. Nous n’étions
jamais sérieuses et passions notre temps à rire et à nous amuser.
Comme il était l’heure de mes médicaments, que je m’apprêtais à prendre avec une
bouchée, comme je le faisais habituellement, elle me regardait comme si elle me
voyait pour la première fois, d’un regard neuf et un brin bizarre, plutôt que de
continuer notre conversation. Elle m’a demandé, à brûle-pourpoint, comment je me
sentais avec mon Lupus et ce que ça faisait d’être malade. Ça m’a surprise. Non
seulement parce qu’elle posait cette question, comme au hasard, mais surtout parce
que je croyais qu’elle connaissait tout ce qu’il y avait à savoir au sujet du Lupus. Elle
m’accompagnait chez le médecin, elle me voyait marcher avec une canne, elle
m’avait vue vomir dans la salle de bain. Elle m’avait vue pleurer de douleur… Qu’y
avait-il de plus à savoir? Lire la suite